fbpx
Retour

Arbres abattus rue Louis Ortiz : la Ville de Saint-Dizier s’explique

Ce jeudi matin, à la surprise des riverains les arbres de la rue Louis Ortiz ont été abattus. Ils pensaient que cette opération avait été suspendue et que le dossier était dans les mains de la préfète du département, Élodie Degiovanni. Mais la ville de Saint-Dizier a quand même pu procéder à cet abattage. Face aux nombreuses interrogations qui planaient autour de cette action, nous avons contacté Rachel Blanc, 1re adjointe à la mairie de Saint-Dizier afin d’éclaircir la situation.

Puissance Télévision : Pourquoi avoir abattu les arbres de la rue Louis Ortiz ?

Rachel Blanc : Abattre des arbres ça crée de l’émotion, c’est toujours un crève-cœur. Nous sommes les premiers à dire que ce n’est pas une décision facile à prendre. Dans le projet d’aménagement on a pesé le pour et le contre et on s’est rendu compte que l’état sanitaire des arbres était préoccupant. C’est là que la bascule s’est faite. Un arbre très malade avait été repéré par nos services et par l’ONF (NDLR Office national des forêts), il fallait donc l’abattre rapidement.

Pourquoi avoir abattu tous les arbres, si seulement un seul était malade ?

Dans tous nos projets, l’approche paysagère est considérée. Nous nous sommes entourés de personnes compétentes pour être certains de l’état sanitaire des arbres. L’expert ONF nous a dit qu’il y avait un arbre à abattre et quant aux autres arbres, on ne nous dit pas de le faire de manière imminente, mais de les surveiller. Et si on se projette sur le long terme, les arbres restants allaient se dégrader. L’objectif ce n’est pas de refaire ce grand parking paysager et tronçon à court terme, si on les refait c’est à long terme. Et dans l’approche paysagère, c’est la même chose.

Les habitants ont été étonnés qu’aucune communication ne soit faite concernant l’abattage, comment peut-on l’expliquer ?

À un moment, le collectif nous a stoppés sur cette opération. Ils ont été reçus deux ou trois fois par un adjoint, écouté par un technicien… On a entendu toutes leurs observations, toutes leurs craintes. Mais l’ensemble des éléments qui nous ont permis de réaliser cette opération a été accordé par les services de l’État et par les expertises de nos services. Il faut savoir que nous avons repoussé l’abattage d’un mois et demi afin de peser le pour et le contre, car nous aurions dû le faire en juillet.  

Est-ce que la ville de Saint-Dizier va replanter d’autres arbres ?

Dans le cadre de notre projet d’aménagement, nous allons arborer le premier tronçon de la rue Ortiz, alors qu’il ne l’était pas. La seconde partie de la rue sera de nouveau arborée. Au total, 31 arbres fruitiers seront replantés dans cette rue, lors de leur plantation ils mesureront entre 4 et 5 mètres de hauteur. Il faut savoir également que le quai Lamartine sera lui aussi arboré avec 139 arbres fruitiers.

Commentaires(2)

  • Claudine Rivière

    30 août 2020

    Je suis très triste qu’au nom d’un projet urbanistique on supprime la VIE !!!!! Je suis allée me rendre compte de ce nouveau visage sans la présence de ces magnifiques arbres que j’aimais tant……… (Quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu’il est malade). Décidément je ne me sens plus à ma place dans ma petite ville où j’habite depuis 42 ans !

  • Vallin

    31 août 2020

    C’est une décision d’un autre temps que d’avoir abattu ces arbres encore en bonne santé !!
    J’ai moi-même expertisé ces arbres: ils étaient de bonne vigueur. Seul un arbre était sans doute creux et c’est normal sur un alignement de 19 arbres… mais il était encore solide compte tenu de son houppier très réduit.
    Et alors remplacer un seul arbre, réorganiser les bases des autres par un revêtement poreux était une solution d’avenir aussi.
    Tous les autres arbres auraient vécu encore très longtemps. La solution de remplacement n’est pas une solution d’avenir, la reprise des arbres devient très compliquée en raison des fortes chaleurs et beaucoup de jeunes arbres sont déjà mort quai Lamartine plantés dans des terres peu fertiles.
    Le poirier à fleurs n’est pas un arbre fruitier et ne donnera que très peu d’ombre dans la rue à cause de son port plutôt fastigié de petit développement. Il faudra beaucoup de temps pour que cette rue retrouve son empreinte carbone et un lieu de fraîcheur.
    C’est maintenant que nous avons besoin d’arbres adultes avec un système racinaire bien installé en ces périodes de sécheresse!
    La commune n’a pas respecté la législation car ces alignement sont protégés par l’article L 350 -3 du code de l’environnement.
    Louis vallin
    Sève Expert

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR