fbpx
Retour

Ciné-Justice 2020 : “la justice et les affaires familiales”

Vendredi 9 octobre, le Conseil Départemental d’Accès au Droit de Haute-Marne (CDAD) organisait son édition 2020 de ciné-justice avec pour thème “la justice et les affaires familiales”. 

Le CDAD a accueilli pour l’occasion 45 élèves volontaires de structures sociales comme l’École de la Seconde Chance, l’AVM, l’AJAL ou encore l’ARIT. Ces jeunes ont eu droit à la diffusion du film “Jusqu’à la garde” qui raconte l’histoire d’un père de famille violent avec sa femme et son enfant. À la suite du film, les élèves ont pu rencontrer des professionnels dans le domaine des affaires familiales. Une magistrate, une avocate, une psychologue et des représentants de la police et de la gendarmerie étaient présents pour répondre aux questions des élèves. C’était l’occasion de sensibiliser ces jeunes sur les violences familiales qui existent et d’expliquer comment y faire face.

Les professionnels ont expliqué aux jeunes qui étaient présents que la parole de l’enfant est prise en compte par le juge aux affaires familiales (JAF) à n’importe quel âge. Les causes de violences sont multiples, on y retrouve l’alcool, les stupéfiants ou les troubles psychiques. Pour protéger la victime, il existe plusieurs structures d’accueil comme le Service d’aides aux victimes qui les accompagnent et qui les aident dans les démarches. Un intervenant social est aussi présent dans chaque commissariat pour recevoir les victimes, une permanence est dédiée aux affaires familiales à la Maison de la Justice et du Droit ainsi que le centre d’hébergement pour les femmes à Saint-Dizier, qui accueille les victimes de violences familiales.

Le major Cédric Maizières de la police nationale a rappelé l’importance de porter plainte pour commencer les procédures. Il a ajouté qu’il existe plusieurs moyens pour protéger la victime qui vient témoigner. Il est possible pour l’accusé d’être en garde à vue et de procéder à une comparution immédiate devant la justice, le procureur de la République peut interdire à la personne accusée de violence de se rendre au lieu de domicile. La victime peut aussi saisir le JAF dans les 6 jours du dépôt de plainte et obtenir une ordonnance de protection.

Depuis janvier, la police a traité 150 dossiers d’affaires familiales dans les villes de Saint-Dizier et de Chaumont.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR