fbpx
Retour

Covid-19 : Des bragards confinés… au Pérou !

Pendant ce confinement vous vous êtes peut-être dit que vous aimeriez être à l’autre bout du monde… Et bien c’est ce qui se passe pour une famille originaire de Saint-Dizier et de Chancenay, coincée à Lima depuis le 11 mars dernier. À l’origine, cela devait être un moment de joie et de fête, autour d’un mariage et d’une grande réunion familiale. Mais avec l’état de guerre sanitaire, ce voyage a pris une toute autre tournure. Parmi ces voyageurs, il y a notre journaliste Julian Carrey. Sur place, il nous raconte comment il a vu, petit à petit, les frontières se fermer…

Quand ils sont partis de Paris le 11 mars dernier, le Pérou et l’Amérique latine de manière générale n’étaient que très peu touchés par le virus. Néanmoins, quelques mesures avaient été prises par le pays d’accueil. Ainsi, avant de sortir de l’avion, il a fallut remplir un formulaire de santé dans le but de savoir si les touristes avaient des symptômes du Covid-19. À cela s’ajoutait un contrôle de leur température qui a été fait à leur arrivée. Mais ce qu’ils n’ont pas su, puisqu’ils étaient en plein vol à ce moment là, c’est que le gouvernement péruvien avait annoncé des mesures d’auto-isolement obligatoire à domicile ou à l’hôtel pendant 14 jours pour les voyageurs ayant séjourné et/ou transité par la France, l’Espagne, l’Italie et la Chine. Le lendemain de leur arrivée, les français ont appris dès leur réveil de nouvelles annonces des autorités péruviennes. À compter du 16 mars et pour une durée de 30 jours, tous les vols en provenance et à destination d’Europe et d’Asie seront suspendus. Pour les français déjà au Pérou, il était très fortement recommandé de contacter leur compagnie aérienne afin d’organiser un retour d’urgence, connaître le statut de leur vol et envisager des solutions alternatives de retour si besoin. Pour nos bragards, il n’y avait pas d’inquiétude puisque leur vol de retour était toujours bien annoncé comme maintenu. Le voyage serait néanmoins quelque peu modifié puisque le vol vers Cusco et la visite du Machu Pichu, eux, ont bien été annulés. Mais, c’est le vendredi 13 mars qu’ils ont bien compris que leur séjour au Pérou allait s’éterniser. En effet, par mail, Air France leur a annoncé que leur vol Lima-Paris était annulé. Dimanche, les autres pays ferment leurs frontières, la famille est alors bloquée pour minimum trente jours. L’après-midi, l’ambassade française les contacte pour prendre toutes les informations pour un éventuel rapatriement… Mais c’était sans compter sur l’allocution à 20h00 du Président péruvien, Martín Vizcarra. L’état d’urgence est déclaré : le confinement est désormais total pour tous. Ils ont donc dus rapidement quitter leur hôtel pour s’installer chez des locaux, puisque les hôtels fermaient eux aussi.

Comme 4 000 autres français, cette famille originaire de Saint-Dizier et de Chancenay est en confinement au Pérou. Le Président de la République, Emmanuel Macron avait annoncé que tous les français se trouvant dans des pays étrangers pourraient être rapatriés. Pour l’heure, la question semble stagner, puisque dans un communiqué on a pu lire : “Le Président a précisé que “les Français qui sont actuellement à l’étranger et souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre notre pays”. Dans le cas du Pérou, aucun rapatriement n’est pour l’instant envisagé. À ce stade, des conversations ont lieu entre les autorités diplomatiques, les compagnies aériennes et les autorités péruviennes pour mettre en place des vols commerciaux exceptionnels.

“Pour l’heure nous sommes donc bloqués au Pérou et nous ne savons pas quand nous allons rentrer.” nous annonce Julian Carrey. Mais vaut-il mieux être confiné là bas, plutôt qu’ici en France ? À vous d’en juger. Mais, une chose est sûre, les mesures de confinement semblent plus drastiques sur l’autre continent. En effet, ceux qui ne respectent pas le couvre feu de 20h00 encourent jusqu’à 3 ans de prison. En ce qui concerne l’avancée de la crise sanitaire, mardi à 16h 416 cas étaient recensés dans le pays.

Commentaire

  • lorentz

    27 mars 2020

    mes enfants et petits enfants, au nombre de 4 (de 9 ans à 16 ans), sont confinés dans un Airbnb à Cusco depuis le debut du confinemement. ils s’apprêtaient a partir pour le chemin de l’Inca et le Machu Pichu ,

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR