fbpx
Retour

Trop de sangliers en Haute-Marne ?

Que vous soyez automobiliste ou randonneur, et habitant de la région, cela ne vous a sans doute pas échappé ; les sangliers se plaisent bien dans nos campagnes. Tant et si bien que le taux de population de l’espèce ne cesse de croître. À cet effet, la Fédération des chasseurs de Haute-Marne (FDC 52) a pris l’initiative d’organiser six réunions, échelonnées du 13 au 20 novembre. Elles auront lieu, successivement, à Montigny-le-Roi, Voillecomte, Giey-sur-Aujon, Rimaucourt, au Pailly et à Euffignex.

Il s’agit là d’un programme d’action nommé “Urgence sanglier”. Thomas Corvasce, président de la FDC 52, s’est exprimé auprès de nos confrères du Journal de la Haute-Marne :

“Nous organisons ces réunions pour provoquer une réaction de la part des chasseurs. Peut-être qu’il faut un temps abandonner les règles de gestion : pourquoi pas prélever plus d’adultes, comme les laies ? Je suis prêt à entendre beaucoup de choses (…), il nous faut réagir sans attendre”.

Le nombre de sangliers varie selon les années. Les récentes conditions climatiques lui ont été particulièrement favorables. Les dégâts sont considérables pour les agriculteurs en dépit du prélèvement de près de 13 000 sangliers par les chasseurs haut-marnais en 2018. La Fédération a, en outre, versé près de 1,4 millions d’euros aux cultivateurs dont les champs sont situés dans les zones concernées. Près de 600 dossiers, en cinq mois, ont d’ores et déjà été ouverts à ce sujet. La Fédération réfléchit aussi à des possibilités d’aide en direction des sociétés de chasse afin de les soutenir dans la régularisation des populations. Une trop grande quantité de sangliers représenterait un coût financier insupportable, à l’heure actuelle, pour les sociétés de chasseurs. Le président de la Fédération Champagne-Ardenne Nature Environnement, Frédéric Perard-Gaillot, s’exprimant sur France3-regions, pointe quant à lui la responsabilité des chasseurs :

” Sur le fond, ils sont responsables. Ils nourrissent les bêtes, puis n’arrivent pas à les limiter”.

 L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (Oncfs) rappelle aussi qu’un trop grand nombre de sangliers peut entraîner des problématiques sanitaires. L’espèce est, en effet, susceptible d’être porteuse, entre autres : de la fièvre aphteuse, de différentes formes de fièvres porcines mais aussi de la tuberculose bovine ou encore de la rage. À noter que les sangliers sont, parfois, la cause de graves accidents sur les routes de la région.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR