fbpx
Retour

Gilets jaunes : Un aide-soignant haut-marnais rejoint Paris à pied

Yannick Plaisir, aide-soignant chaumontais de 32 ans et gilet jaune actif a décidé de monter à Paris aux portes de l’Élysée pour dénoncer les injustices auquel il est témoin dans son département. Début d’un périple de 250 km…

“Je suis en colère depuis 2 ans. C’est ça mon moteur.”

Samedi 26 septembre, à 4 h du matin à Chaumont, Yannick Plaisir part pour 6 jours de marche. Malgré la pluie, c’est à 5 km/h, sac à dos, lampe frontale et gilet jaune sur lui, que le jeune chaumontais se rapproche de Paris. Les conditions climatiques sont rudes. En août, mon premier voyage s’est déroulé sous la canicule. Cette fois, il pleut. En revanche, peu importe le temps, j’irai jusqu’au bout, car je suis en colère depuis 2 ans. C’est ça mon moteur.”, nous explique Yannick. Il veut dénoncer la misère sociale comme le coût de la vie et les désertifications industrielles et médicales de la Haute-Marne. Il veut montrer que le mouvement des gilets jaunes n’est pas mort, mais qu’il a seulement évolué. “ J’essaie d’impacter l’opinion locale avec d’autres camarades sur l’urgence de reprendre en main son destin.”

Yannick Plaisir est arrivé hier soir à Sezanne avant de repartir sur les routes direction sa 5e étape : Coulommiers pour une arrivée prévue à 17 h 30. Au cours de son trajet, Yannick peut compter sur le soutien de gilets jaunes qui le suivent et l’accueillent pour la nuit. “Une partie de la logistique repose sur cette solidarité. Je ne fournis que l’effort lié au trajet. Je suis équipé seulement pour affronter les éléments, marcher et me restaurer.”, nous confie-t-il.

Le périple de ce trentenaire commence à être connu sur les réseaux sociaux grâce à ses posts réguliers sur sa situation qui sont de plus en plus commentés et partagés. Il prévoit d’arriver au palais de l’Élysée demain en fin de journée. “Je n’attends pas d’être reçu par l’Élysée. Je veux simplement qu’on me laisse exprimer ma colère. Je ne suis pas violent ni déraisonnable. Je suis d’abord un citoyen d’un état qui m’ignore et usager de services publics qui s’effondrent.”, rappelle Yannick. À travers cette expérience, le jeune aide-soignant souhaite que chacun se souvienne de ce qui l’a motivé à enfiler un gilet jaune le 17 novembre 2018.

Commentaire

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR