fbpx
Retour

Handicap et emploi en territoire meusien

La Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) se tient du 18 au 24 novembre. L’occasion, pour cette 23e édition, de mettre en lumière trois thématiques principales dans le domaine du handicap : “l’Europe”, “les femmes” et “le handicap invisible”.

Les formes de handicaps sont multiples. Elles peuvent être physiques, psychiques ou bien provoquées par une maladie ou un accident ; professionnel ou non. Les personnes concernées peuvent obtenir la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou disposer, entre autres, de l‘Allocation Adulte Handicapé (AAH).

En la matière, que dit la loi ? Le texte législatif du 10 juillet 1987 vise à garantir une égalité de traitement entre les salariés. Les entreprises comportant 20 salariés ou plus ont, ainsi, l’obligation d’employer 6 % de travailleurs en situation de handicap sur leur effectif total. Des formations professionnelles et des adaptations pour les concours de la fonction publique sont, aussi, pensées en direction des salariés en situation de handicap.

“Emploi” et “handicap” ne sont donc pas deux termes incompatibles, loin de là ! Des entreprises, du territoire meusien, en offre la preuve. C’est le cas de la société de transport scolaire Sadap Meuse, liée au groupe Prêt à partir, basée à Longeville-en-Barrois. Elle emploie, en son sein, une vingtaine de chauffeurs en situation de handicap ; soit 10 % de l’effectif total de ses employés. Parmi ces travailleurs, nombre d’entre-eux rejoignent l’entreprise en raison d’une reconversion professionnelle due à des motifs médicaux. Ces recrutements sont rendus possibles grâce à un partenariat avec Cap Emploi qui aide à l’insertion professionnelle. Des périodes d’immersion, au sein de l’entreprise, sont ainsi proposées aux futurs candidats. L’établissement met un point d’orgue à établir une relation d’égalité entre travailleurs valides et handicapés. 

“Tout le monde peut avoir un handicap et avoir des qualités”.

Telle est l’affirmation de Didier Rambeaux, directeur de la structure médico-social dont dépend la blanchisserie de Bar-le-Duc, se confiant à nos confrères de L’Est Républicain. Pour cet établissement, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 400 000 €, les modalités de fonctionnement sont différentes de celles d’une entreprise classique. Le temps de travail est, en effet, adapté de 100 % à 80 % avec une compensation financière obtenue grâce à l’Allocation adulte handicapé (A.A.H). La mission principale de cette institution est, aussi, d‘aboutir à une insertion sociale par le travail.

Plusieurs actions ont été mises en place, dans le cadre de cette semaine, sur le territoire meusien. Une boîte aux lettres a été installée devant les locaux de Cap Emploi, à Bar-le-Duc, pour y recevoir des offres et des C-V. L’Association Meusienne pour l’Insertion des Personnes Handicapées (A.M.I.P.H), quant à elle, a proposé trois visites d’entreprises. Si les bénéfices de cette semaine sont indéniables, restent à ne pas oublier que les problématiques qu’elle met en lumière sont présentes, toute l’année, pour les salariés qui les vivent au quotidien.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR