fbpx
Retour

Hôpital de Vitry-le-François : plus d’un million d’euros détournés

L’ancien contrôleur de gestion de l’hôpital de Vitry-le-François avait détourné plus d’un million d’euros des caisses de l’hôpital. Dès le début des années 2000, on le voyait en berline de luxe, flamber en discothèque, et s’offrir des voyages à l’étranger avec amis et conquêtes. Il est clair que Sébastien Plérini menait un train de vie au dessus de ses moyens en vue de son salaire de 1 600 euros. 

Mais comment pendant près de dix ans cet homme a réussi à détourner de l’argent ?

Son procédé était bien rodé. Selon nos confrères de l’Union, l’agent faisait des bons de commande allant de 1 500 à 4 500 euros afin d’éviter une procédure de marché. Ensuite, il n’avait plus qu’à falsifier les attestations et les factures, toutes regroupées sous un faux bordereau. Ce dernier était transmis au Trésor public qui versait les sommes correspondantes à une société fictive, nommée Hôpital service. En effet, le compte en banque de cette société était celui de Sébastien Plérini. 

Au départ, il s’est versé 50 000 euros en 2004, puis il a augmenté les sommes, jusqu’à virer 188 000 euros en 2012…

Il a également eu un complice, lui aussi vitryat, qu’il rencontre à la fin des années 2000. Tous les deux ont une aventure, et Sébastien Plérini décide de l’aider quand il voit les difficultés de son ami avec l’entreprise qu’il a racheté. Ainsi, ce complice a bénéficié de 56 121 euros grâce à la même méthode employée, mais pour une société qui existe vraiment cette fois. Ces versements ont duré de 2009 à 2011.

L’hôpital était déjà en grave difficulté

Il y a eu un manque de contrôle des finances, dans une structure qui battait déjà de l’aile… Puisqu’en 2014, les dettes de l’hôpital s’élevaient à 11 millions d’euros. Les détournements faits par l’ancien contrôleur de gestion représentaient alors 10% du déficit de l’hôpital en 2014 selon la présidente du tribunal ce mercredi. La même année, la maternité a d’ailleurs fermée…

Le jugement

Au final, Sébastin Plérini a été condamné par le tribunal de Châlons, à quatre ans de prison dont trois avec sursis pour faux et usage de faux, détournement par un chargé d’une mission de service public, modification de données contenues dans un système de traitement automatisé et escroquerie. Il est dans l’obligation de rembourser l’intégralité des sommes détournées. 

Son complice, quant à lui, a été condamné à 12 mois avec sursis pour complicité et recel. C’est son ancienne compagne qui a tout révélé aux gendarmes en octobre 2014.

 

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR