fbpx
Retour

Incendie à l’ancienne imprimerie de Bar-le-Duc : les auteurs des faits jugés

Le 24 mai 2019, un incendie se déclarait à Bar-le-Duc au sein de l’ancienne imprimerie Saint-Paul et l’hôtel Desandrouins. Un feu qui dès le début paraissait suspect pour les enquêteurs du commissariat de la cité des ducs.

Alors dès le 28 mai, les policiers barisiens sont intervenus pour interroger trois jeunes suspectés dans cette affaire. Les profils présentés par les enquêteurs indiquaient deux jeunes fraîchement majeurs accompagnés d’un mineur. Ce mardi 3 mars, ce sont bien ces jeunes hommes qui comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc. Pour l’instant, seuls les majeurs, deux frères jumeaux ont été appelés à la barre.

Nos confrères de l’Est Républicain, qui ont assisté à l’audience, relatent les affirmations du tribunal à l’encontre des jeunes adultes, à commencer par la substitut du procureur de la république qui indique “Une volonté de s’amuser à mettre le feu”, en ajoutant que “dans leurs têtes ils n’ont pas voulu brûler toute l’imprimerie”.

Durant ces longues minutes, les frères jumeaux ont tenté de rejeter la faute sur le mineur qui les accompagnait, mais cela ne les a pas dédouanés pour autant. Au final, tous deux ont écopé de la même peine à la sortie du tribunal, à savoir 24 mois de prison avec sursis, 2 ans de mise à l’épreuve, une obligation de soins et de travail, une indemnisation de la partie civile, et une interdiction de rentrer en contact avec le mineur. “Même si le mineur est le meneur” indique la magistrate.

Pourquoi ne pas avoir appelé les pompiers ? Et si des squatteurs étaient dans les murs au moment de l’incendie ? Ces questions ont été soulevées par la magistrate qui regrette que les auteurs de l’incendie ne se les soient pas posées ce 24 mai 2019.

Maintenant, la question de l’indemnisation est toujours en suspend puisque les bâtiments de l’ancienne imprimerie sont aux mains d’un mandataire judiciaire, représenté lors du procès par un avocat barisien. Ce dernier a demandé un renvoi de l’affaire sur intérêts civils indiquant que “le préjudice étant difficilement chiffrable”.

 

 

 

 

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR