fbpx
Retour

Le conseil départemental de la Haute-Marne dit non à l’implantation d’Unitech

Ce vendredi 25 septembre, le Conseil départemental de la Haute-Marne a décidé d’organiser un débat au sujet de l’implantation d’une blanchisserie industrielle d’équipements de protection individuelle utilisés dans l’industrie nucléaire, à Suzannecourt près de Joinville. À l’issue de ce débat, une motion se déclarant défavorable à ce projet de laverie, porté par la firme américaine Unitech, a été votée.

L’organisation d’un débat, la promesse de Nicolas Lacroix

Le 24 juillet, alors qu’il s’était lancé dans une marche de plusieurs jours à la rencontre des Haut-Marnais, Nicolas Lacroix avait fait une promesse aux opposants au projet, rencontrés au bord du canal de Joinville. « Je me suis engagé à mettre au débat, au conseil départemental, probablement en septembre cette question d’Unitech. Car c’est un projet qui pourrait avoir des conséquences sur l’image du département », avait-il déclaré à notre micro. Et bien, deux mois quasiment jour pour jour, le débat a bien eu lieu, en présence des conseillers départementaux, mais aussi des représentants du collectif contre Unitech, incarné notamment par Michelle Labouille.

Un projet dans les cartons depuis quatre ans

Pour rappel, le projet d’implantation de cette usine sur la ZA de la Joinchère avait été lancé en 2016. Après avoir été jugé recevable par la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), une enquête publique avait eu lieu entre le 22 octobre et le 20 décembre 2019. Malgré près de 87 % d’avis défavorables relevés lors de cette enquête, la Commission d’enquête a émis, en début d’année 2020, un avis favorable à l’unanimité. Néanmoins, les experts ont pointé du doigt quelques réserves au sujet des ressources en eau. Le 8 juin dernier, Élodie Degiovanni, qui occupait encore le poste de Préfète de la Haute-Marne a autorisé l’exploitation de la blanchisserie nucléaire. Les opposants ont quant à eux déposé un recours dès la fin du mois de juin.

« La Haute-Marne respire et inspire », compatible avec Unitech ?

Depuis 2016, le département a lancé une campagne de notoriété et d’attractivité intitulée « La Haute-Marne respire et inspire », engageant plus d’un million d’euros. Dans le premier argument de la motion défavorable au projet, il est inscrit qu’« un tel projet réduirait à néant ce travail de longue haleine. » Une idée qui a d’ailleurs été appuyée par Laurent Gouverneur, conseiller départemental et à la tête du Syndicat du Der qui s’est exprimé sur la notion de l’attrait touristique. « Là on a quarante emplois dans le meilleur des cas, à mettre en perspective avec un petit millier d’emplois, induits ou indirects, sur le lac du Der. Donc, quand on met ça dans la balance, on voit de quel côté ça peut pencher », a-t-il déclaré avant d’ajouter « je pense qu’on a déjà bien contribué à l’effort nucléaire. »

Sur le même sujet, le Président Lacroix et Bertrand Ollivier, le maire de Joinville ont tenu à souligner l’importance de préserver l’image de la petite cité de caractère. Mettant alors en avant leurs craintes de voir ces efforts de développement touristique et d’attractivité altérés par la présence d’une laverie industrielle à proximité.

Laverie et sécheresse, la grande inquiétude

La blanchisserie a pour ambition de puiser directement l’eau disponible dans la Marne, avant de la traiter et de la rejeter. Pourtant, au vu des trois dernières années de sécheresse intense dans le département, les interrogations sont nombreuses. D’autant plus que pour Nicolas Lacroix, les réponses apportées par l’entreprise Unitech sont incomplètes. Cet argument a été ajouté dans le troisième point de la motion.

« Ce débat est intéressant, mais il est un peu tard »

Pour le sénateur Bruno Sido, qui fait partie avec Élisabeth Robert-Dehault des deux conseillers n’ayant pas souhaité prendre part au vote, le projet est déjà trop engagé pour revenir en arrière. « On discute trop tard, je ne veux pas prendre de posture politique sur ce sujet. J’adopterai la position que je trouver relativement intelligente de Monsieur le Maire de Saint-Dizier et de son conseil, je ne participerai pas au vote », a-t-il affirmé, avant de justifier sa volonté de ne pas se mettre contre la création d’une quarantaine d’emplois.

Faire de la Haute-Marne un pôle d’excellence en matière de nucléaire

Élisabeth Robert-Dehault, anciennement maire de la commune de Saint-Dizier et aujourd’hui adjointe, a souhaité défendre l’idée de la spécialisation du territoire en matière de nucléaire. Elle n’a pas souhaité prendre part au débat, gênée de défendre le projet Cigéo et de voter une motion défavorable à Unitech. « Pour moi, Cigéo peut être une chance pour notre territoire, pour son économie. Notre territoire doit devenir un pôle d’excellence en matière de nucléaire avec des formations et un développement économique. Il faut cesser de diaboliser le nucléaire ! »

Unitech et les élus, un problème de méthode ?

Bertrand Ollivier, le maire de Joinville a souhaité souligner le manque de concertation d’Unitech avec les élus et la population. Ce qui contraste, selon lui, avec les relations entretenues avec Cigéo. « Il n’y a pas de comparaison avec Cigéo qui recherche de l’excellence à tous les niveaux », a-t-il déclaré d’emblée.

Une motion contre Unitech, mais pas contre le nucléaire

La nuance est importante à saisir. Le département n’a pas ce matin fait une croix sur Unitech ni sur le nucléaire de manière générale. En effet, dans ses conclusions, la motion stipule bien que « le Conseil départemental de la Haute-Marne entend réaffirmer son soutien indéfectible au projet Cigéo, outil de recherche et de développement indispensable pour l’avenir du nucléaire dans le monde. » D’autant plus que pour Nicolas Lacroix, il faudra repenser à un lieu d’implantation pour Unitech, plus approprié sur la zone inter-départementale de Cigéo.

Une chose est sûre, ce vendredi 25 septembre, les opposants au projet peuvent se réjouir de cette prise de position du département. D’autant que tous les conseillers ont voté dans leur sens, hormis Élisabeth Robert-Dehault et Bruno Sido qui n’ont pas souhaité prendre part au vote.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR