fbpx
Retour

Les commerces « non-essentiels » mis à mal par Amazon, géant français du commerce en ligne

À l’approche des fêtes de fin d’année, les Français confinés sont en pleine recherche de cadeaux à offrir à leurs proches. Mais les commerces jugés « non essentiels » sont fermés jusqu’au 1er décembre minimum en raison des mesures sanitaires en vigueur, de même pour certains rayons vendant des produits similaires. Le but : éviter la concurrence déloyale des grandes surfaces, au détriment des plus petits commerces. Mais le e-commerce n’a pas dit son dernier mot.

Amazon balaie le commerce physique

Alors que la plupart des rayons et magasins dédiés à la vente de cadeaux de Noël ont été clos à l’occasion du reconfinement, Amazon fait fureur auprès des Français. Depuis chez eux, derrière un écran d’ordinateur, de tablette ou de téléphone, il suffit de rechercher un article et de l’ajouter à son panier, puis de procéder au paiement en ligne pour recevoir quelques jours plus tard un joli colis bien emballé à offrir à ses proches. Une solution qui contourne les mesures actuelles de fermeture de nombreux commerces, permettant de faire ses emplettes de Noël sans ouvrir la porte de sa maison au coronavirus.

En effet, depuis la fermeture de ces commerces jugés « non essentiels », les ventes du géant français du commerce en ligne ont grimpé d’environ 50 % selon nos confrères de l’Est Républicain. De quoi faire grincer les dents des commerçants, qui dénoncent la concurrence déloyale et l’évasion fiscale exercée par Amazon. La e-boutique est accusée non seulement de ne pas payer ses impôts en France, mais aussi de profiter de la situation actuelle pour inciter les consommateurs à se diriger vers les commandes en ligne, oubliant toute forme de solidarité envers le commerce physique. Le Premier ministre, Jean Castex, n’a d’ailleurs pas manqué de boycotter la firme en recommandant aux Français d’attendre un assouplissement des mesures sanitaires pour faire leurs achats de Noël plutôt que de « commander sur un grand site étranger. »

Un retard numérique en France

Malheureusement, si la situation est aussi critique, c’est que plus des deux tiers des commerçants français ne disposent pas d’une activité de vente en ligne. Un retard numérique qui peut expliquer le fait qu’Amazon mange les commerces physiques avec autant de facilité.

Après avoir essuyé de nombreuses critiques, Amazon tente désormais de redorer son image en mettant en avant des slogans de solidarité. « Soutenons les entreprises françaises » peut-on lire sur le site internet. Le leader du commerce en ligne ne manque pas de rappeler qu’il héberge plus de 10 000 entrepreneurs et commerçants français. Lors du premier confinement, la plateforme avait d’ailleurs permis la création d’emploi, contrainte d’embaucher plus de 100 000 personnes à travers le monde pour faire face à la demande colossale.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR