fbpx
Retour

Les membres de la DCI publient une lettre ouverte au nom des commerçants

Les annonces récentes du gouvernement semblent être de plus en plus contestées. Avec un second confinement synonyme de fermeture des commerces dits non essentiels, le gouvernement se met les membres du groupe de la Droite, du Centre et des Indépendants (DCI) à dos.

Une seule année, deux fermetures forcées

Les commerçants sont à bout de souffle. En une seule année, un grand nombre d’entre eux a été contraint de fermer ses portes… à deux reprises ! Des conséquences économiques désastreuses, malgré les aides financières qui leur sont proposées.

« La survie de ces commerces, qui ont été empêchés d’ouvrir depuis le reconfinement, est en jeu », peut-on lire dans la lettre ouverte de la DCI. En effet, à l’approche des fêtes de fin d’année, les consommateurs comptent plus que jamais sur internet pour leurs achats de Noël. Amazon, Cdiscount, et autres sites étrangers… Nombreuses sont les possibilités sur le net, dont les géants sont bien souvent accusés de concurrence déloyale. Face à une fermeture généralisée de nombreux commerces et rayons de grande surface, les colis fusent et font de l’ombre. « Il ne s’agit plus d’une concurrence, mais d’une situation de quasi-monopole des géants du e-commerce », soulignent les membres de la DCI.

Un sentiment d’injustice

Les commerçants de proximité, ayant « redoublé d’efforts et d’inventivité pour mettre en place des mesures de protection afin d’accueillir les clients en toute sécurité », sont dans l’incompréhension la plus totale. La mise en place de jauges limitant le nombre de personnes dans les boutiques, le respect du port du masque et des distanciations sociales, mais aussi la mise à disposition de gel hydroalcoolique, sont autant de mesures qui justifient pour eux une réouverture rapide.

Ces petits commerces sont en effet bien plus précautionneux que les grandes surfaces, qui, elles, sont autorisées à rester ouvertes. Soutenus par les Départements, une réouverture de ces commerces est réclamée dès le 27 novembre, pour permettre aux commerçants de bénéficier des revenus non négligeables que génèrent les fêtes de fin d’année. Leur chiffre d’affaires, et donc leur survie, dépend en effet pour une large part de cette période, de même que celle du fameux Black Friday.

Une réouverture anticipée des commerces permettrait en plus d’éviter un trop fort afflux avant les fêtes. Un argument de béton qu’avance la DCI, espérant une réponse rapide et pertinente de la part du gouvernement.

 

© Getty Images

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR