fbpx
Retour

Les pharmacies du secteur, déjà en pénurie de vaccin contre la grippe

Une semaine après sa mise à disposition dans les centres pharmaceutiques, le vaccin de prévention contre la grippe saisonnière a rencontré un franc succès. Il est déjà quasiment en rupture de stock dans la plupart des pharmacies du secteur.

Cette année est particulière. Entre coronavirus et grippe, on cherche constamment à se protéger. La vaccination est un moyen pour les personnes les plus fragiles d’éviter de contracter ce virus des temps frais.

À lire : Premier jour de campagne de vaccination contre la grippe saisonnière.

Bilan des courses, les pharmacies ont presque toutes été mises en difficulté cette semaine, avec des stocks qui se sont écoulés beaucoup plus vite que prévu. « On n’a plus que 100 vaccins sur les 700 qui nous avaient été distribués la semaine dernière », affirme Benjamin Michaud, pharmacien à La Rochelle de Bar-le-Duc.

« Les gens se sont surtout précipités le premier jour de vaccination, le 13 octobre, alors que d’habitude, c’est échelonné sur environ trois mois », précise Jeannince Skafar, pharmacienne de la pharmacie Gambetta de Saint-Dizier. « Ils ont entendu les médias prévenir qu’il n’y aurait peut-être pas de vaccin pour tout le monde, donc ils se sont dépêchés. » Pour un pharmacien d’une autre officine de Saint-Dizier, si les vaccins ont eu autant de succès cette année, c’est « à cause des journalistes, qui ont évoqué la covid-19 et les risques de cumul des pathologies. »

Car la covid-19 n’y est pas pour rien dans cette histoire. Encore plus que les autres années, « les gens ont peur et donc prennent plus la mesure de se protéger, et de protéger les autres », confirme Benjamin Michaud. Une conséquence un peu problématique, puisque les commandes de ces vaccins se sont établies en février, et ne peuvent plus être modifiées après. « À ce moment-là, on ne s’attendait pas à ce que le coronavirus prenne autant d’ampleur, donc on a commandé les mêmes stocks que d’habitude. C’était impossible à prévoir », se plaint un pharmacien de la ville.

Bien que les personnes à risques aient été les plus nombreuses à demander ces vaccins, toutes n’ont pas encore pu en bénéficier. Mais « un probable réassort » devraient avoir lieu en novembre, en espérant que les gens ne se ruent pas tous sur le vaccin avant que les personnes les plus fragiles n’aient pu en bénéficier.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR