fbpx
Retour

Les sites historiques et touristiques fermés

“Il faut rester chez soi, même le week-end”, c’est la phrase à retenir selon le préfet de la Meuse, Alexandre Rochatte. “Bien que les températures actuelles et l’ensoleillement peuvent donner envie de sortir de sa propriété et aller se balader, voire même rencontrer des gens, il faut respecter cette période de confinement.” 

C’est premier week-end de confinement pour tous les français, le rappel des gestes barrières et des droits est donc important.

Depuis le décret du 16 mars, régulant la circulation dans le territoire français pour lutter contre la propagation du coronavirus, différentes mesures supplémentaires ont été prises par des représentants de l’Etat et des élus locaux, afin de renforcer la lutte du COVID-19. Mais aussi, ils espèrent décourager les personnes susceptibles d’enfreindre le décret annoncé par le président de la république. Ainsi, dès ce jour, plusieurs sites sont interdits à la fréquentation.

À commencer par les sites historiques des “champs de batailles” situés aux alentours de Verdun, ceux-ci sont interdits à la circulation par le préfet du département afin de qu’il n’y ait pas de promenades et de rassemblements.

Dans de nombreuses communes, comme à Savonnière-en-Perthois (Meuse), des arrêtés d’interdictions ont été pris par les maires pour les accès à des zones boisées, des aires pour enfants ou encore des parcs.

A Saint-Dizier, le marché couvert, ouvert par dérogation ministérielle pour conserver l’accès aux achats de première nécessité d’alimentation, est désormais autorisé par arrêté municipal à la visite de 20 personnes simultanées.

Du côtés des espaces naturels, des mesures ont aussi été prises. C’est le cas aux bords et abords des lacs du sud haut-marnais et du Lac du Der où la préfète de Haute-Marne a pris un arrêté d’interdiction d’accès. Il en est de même pour les fôrets et chemins de hallage. Dans la Marne, ce même arrêté a été signé par le préfet stipulant que “Par ailleurs, les travaux en forêt, réalisés à titre individuel (façonnage et transport de bois d’affouage etc…) ne revêtent aucun caractère indispensable. Ils n’ont donc pas vocation à être poursuivis et sont proscrits. Les déplacements liés à ces activités ne sauraient justifier d’une quelconque dérogation. Il en est de même des activités sportives (randonnée, VTT, …), ludiques ou récréatives (cueillette, chasse photographique, pêche…) pratiquées au sein des massifs boisés, notamment situés en périphérie des agglomérations, et éloignés des résidences des pratiquants concernés.”.

En bref, l’accès aux parcs publics, aux aires de jeux, aux jardins publics, aux parcs récréatifs, aux chemins de randonnées, aux bords et abords de lacs, est interdit jusqu’au 31 mars. Seule exception : des professionnels dont l’activité nécessite un accès à ces lieux.

 

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR