fbpx
Retour

Municipales à Saint-Dizier : La guerre sur les réseaux sociaux est déclarée

Le premier tour des élections municipales aura lieu le 15 mars prochain et le moins que l’on puisse dire c’est que la situation à Saint-Dizier est inédite, avec potentiellement sept listes. Depuis quelques semaines, les réseaux sociaux sont devenus un véritable terrain de jeu ou plutôt un champ de bataille. Les listes se répondent et se provoquent avec bien souvent comme terrain favori la page Facebook de Puissance Télévision et les portraits que nous avons réalisés pour chaque candidat. Les coups de canon s’échangent : sous-entendus et attaques vont bon train.

Un colistier de Jean-Michel Feuillet n’a pas hésité à accuser, le 15 février dernier, le candidat Quentin Brière d’avoir « placé ses pions », comprenez ici son épouse qui travaille pour la communauté d’agglomération Saint-Dizier Der et Blaise depuis mars 2018. Son dernier poste comme directrice de l’animation économique et de l’innovation territoriale pour l’agglomération en date de septembre 2019 semble éveiller les soupçons de la liste. Le post Facebook a été supprimé, mais pourtant, c’est bien connu sur internet rien ne disparaît vraiment.

Mais ce que l’on a surtout remarqué c’est la recrudescence de nouveaux profils, fraîchement inscrits sur le réseau social Facebook. Beaucoup crient aux « comptes fake », nous nous sommes posés la question… Nous avons observé que ces profils sont inscrits depuis quelques semaines. De plus, ils ne montrent pas leur visage ou alors n’ont qu’une photo que l’on peut rapidement retrouver par une recherche inversée sur Google. Aussi, les listes d’amis sont suspectes : très peu fournies, composées bien souvent de comptes eux aussi suspects.

Parmi eux, il y en a un qui fait du bruit, beaucoup de bruit… Avec le même nom que les habitants de Saint-Dizier, un prénommé Antoine s’en donne à cœur joie. Surtout, quand il s’agit de la liste de Pascale Krebs. Il n’hésite pas à l’accuser de triche : « Pas bien de s’acheter des vues pour quelques euros ! » écrit il au sujet du portrait de la candidate que nous avons réalisé. Pour quelqu’un qui proclame n’être dans aucune liste il semble savoir bien des choses… Par exemple, il accuse un salarié du service communication de la ville et de l’agglomération de travailler de manière dissimulée pour la liste, ne figurant alors pas dans les comptes de campagne : « Pas normal de vous payer avec de l’argent public pour faire du prosélytisme politique » adresse-t-il à cet employé dans un commentaire.

Mais alors, qui se cache derrière ce pseudonyme ? Les suspicions se sont rapidement tournées vers Tony Vaglio, colistier de Quentin Brière et conseiller municipal de la majorité actuelle. Il faut dire que c’est le suspect idéal : la tête de liste n’est pas une des cibles de cet « Antoine Bragard », bien au contraire il semble bel et bien le soutenir. Pourtant, à l’issue de nos recherches, nous ne pouvons pas le pointer du doigt. Alors, serait-ce un autre membre de la liste de Quentin Brière ? Une liste adverse voudrait-elle semer le trouble ? Ou alors, ce bragard abreuvé de politique serait-il simplement en train d’arbitre ce match à sept ? Une chose est claire, ses cibles favorites sont et demeurent Pascale Krebs et Philippe Bossois.

Cependant, cet « Antoine Bragard » n’est visiblement pas le seul à se cacher derrière un pseudonyme. Nous avons recensé une petite dizaine de comptes suspects de ce type qui nous ont été signalés.

Suite à la diffusion de son portrait sur notre chaîne, Laurent Daval a lui aussi été la cible d’un faux profil. Un certain Hicham l’accuse sous notre vidéo de « mettre en avant son statut de prof au lycée Saint-Exupéry où il a dragué des élèves de 16 ans et les a ramenées plusieurs fois chez elles en voiture. » Une accusation qu’il a également envoyé à notre rédaction, nous indiquant qu’il voulait témoigner du supposé comportement déplacé de ce candidat avec ses élèves mineures. Laurent Daval nie en bloc ses accusations et a demandé à Facebook la suppression de ce compte. Le réseau social a procédé au bannissement de ce profil dès le lendemain matin. Affecté par la gravité de ces accusations qu’il qualifie de diffamation, le candidat de « Saint-Dizier Demain » n’exclue pas de porter plainte. Il affirme que derrière ce profil se cacherait un des colistiers phares de Pascale Krebs. Une information que nous sommes en mesure de confirmer. Cette affaire est désormais entre les mains des enquêteurs qui se chargeront de réaliser les investigations nécessaires dans le cadre du respect du code électoral.

Les réseaux sociaux entrent désormais dans les stratégies de communication majeures pour les élections municipales. Mais visiblement, leur utilisation semble parfois plus que douteuse… Alors que certains se font remarquer, d’autres demeurent bien calmes. Jean-Luc Bouzon ne semble pas intervenir dans le débat. Alors qu’Alain Cédelle et la liste citoyenne sont bien invisibles sur les réseaux sociaux…

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR