fbpx
Retour

La colère des agriculteurs

C’est un cri d’alarme. Les agriculteurs en ont ras-le-bol et cela n’étonne plus personne. En septembre, la Mutualité sociale agricole (MSA) dévoile ce chiffre édifiant : en 2015, 372 agriculteurs se sont suicidés, soit un suicide par jour. Un nombre d’autant plus élevé qu’entre 2007 et 2011 l’agence sanitaire recensait environ 150 cas de suicides de chefs d’exploitation par an. De plus, en vue des arrêtés anti-pestiscides et des projets de traités de libre-échange, les agriculteurs français se sentent déconsidérés par Emmanuel Macron. Mais pour, Samuel Vandaele, Président des Jeunes agriculteurs, cela va plus loin que ces actions ciblées : “Aujourd’hui, il en va de notre survie alimentaire”, confie-t-il ce matin à Franceinfo, “Le jour où on aura tué tous les paysans dans ce pays, qu’est-ce qu’on mangera ?” s’interroge-t-il.

Alors, aujourd’hui, mardi 22 octobre, tous les agriculteurs du pays se sont donnés rendez-vous devant les préfectures pour interpeller le Président de la République. Cet appel a été lancé par la Fédération nationale des syndicats exploitants agricoles (FNSEA) et les Jeunes agriculteurs.

A l’échelle locale, le rendez-vous est honoré. D’abord, à Chaumont, pour la préfecture de la Haute-Marne où le bâtiment a été bâché vers 11h. Même programme à Bar-le-Duc, vers 11h30, les premiers tracteurs arrivent en ville. A midi, la Préfecture de la Meuse comptabilise déjà 33 tracteurs dans la cité des duc, et 40 à Verdun. Selon nos informations, le Préfet de la Meuse prévoit de recevoir les manifestants en début d’après-midi.

Préfecture de Chaumont, ce mardi matin. Crédit photo : Twitter @OLabalette

 

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR