fbpx
Retour

Saint-Dizier : inquiets, les policiers de nuit assurent le service minimum

Les policiers du commissariat de Saint-Dizier sont sous le choc, depuis qu’ils ont appris qu’on avait essayé de s’en prendre à l’un des leurs. « Le scénario est bien ficelé, les agresseurs connaissaient son trajet, ses horaires. Il y a de quoi avoir peur pour nos familles… » nous confie l’un d’entre eux.

Les syndicats de police ont été les premiers à partager cette effroyable mésaventure. D’ailleurs, Cyril Baudesson, référent national juridique et secrétaire zonal Grand Est du syndicat Alternative Police CFDT, que nous avons contacté hier, nous a fait part qu’il avait rapidement saisi le commissaire Garnier, Directeur départementale de la sécurité publique (DDSP) de Haute-Marne, il a ajouté :  « J’ai demandé la mise en place d’une cellule psychologique pour les collègues qui sont choqués et inquiets. Ils ont besoin de parler à quelqu’un d’extérieur, qui n’a rien à voir avec la hiérarchie. »

Une réunion avec la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP)

En milieu d’après-midi, le DDSP, Arnaud Garnier a donc fait part de sa venue au commissariat de Saint-Dizier dans le but de rencontrer les équipes de nuit. Il est arrivé, aux alentours de 20h, accompagné du sous-préfet de Saint-Dizier, Hervé Gérin.

Les policiers attendaient de cette entrevue d’être rassurés, « ce que Monsieur le Sous-Préfet a fait, il nous a assuré qu’il suivrait l’affaire »affirme l’un des policiers présent. Mais les effectifs de nuit attendaient des mesures concrètes pour garantir leur sécurité mais aussi celle de leur famille. Enfin, ils espéraient que le DDSP arriverait avec une cellule psychologique, chose qui n’était pas à l’odre du jour. À la sortie, les mines sont dépitées… Par communiqué, le syndicat Alternative Police Cfdt de Haute-Marne déclare : « Faute de mesures concrètes et de prise de conscience de l’employeur public, Alternative Police Cfdt annonce que les Policiers bragards prendront leurs disposition pour garantir leur sécurité et celle de leur famille. » Une affirmation qui est rapidement éclairée par une banderole, accrochée devant le commissariat où l’on peut lire : « Policier agressé, justice demandée. »

 

 

“On ne sort plus que sur l’appel du 17”

Les équipes des brigades de nuit (BAC, canine, BOPSR) ont décidé de se mettre en service minimum : « Désormais on ne sert que sur appel, on ne gère que l’urgence », nous explique le syndicat. C’en est trop pour eux qui attendaient d’être rassurés, « Des menaces vous-savez, on en reçoit tous les jours, si ce n’est à chaque intervention. Mais là, avec ce qu’il est arrivé au collègue, on voit bien qu’on est passé un cran au-dessus ! »nous confie-t-on à la sortie de la réunion.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR