fbpx
Retour

La Haute-Marne vote le retour à 90km/h

Il l’avait annoncé le 2 mai dernier, le président du département de la Haute-Marne, Nicolas Lacroix, a présenté cette après-midi ses propositions de rétablissement de la limitation de vitesse à 90km/h sur certains axes de son département.

En effet, depuis l’annonce en juillet 2018 par Edouard Philippe de passer à 80km/h toutes les routes à double sens ne comportant pas de séparateur central (soit la quasi totalité des routes départementales de France, et 60% des routes nationales), les questionnements subsistaient pour de nombreux dirigeants départementaux dont Nicolas Lacroix, « Pourquoi ne pas avoir consulté les conseils départementaux qui sont pourtant les meilleurs connaisseurs de leurs réseaux ? ».

Aujourd’hui, c’est donc lors d’une assemblée départementale réunie à Chaumont que le vote a eu lieu, de prendre la mesure tant attendue par les hauts-marnais : repasser 476km de routes du réseau départemental à 90km/h, soit 10km/h au dessus de la réglementation générale en vigueur.

Les axes concernés sont les suivants la RD 635 entre Saint-Dizier et le département de la Meuse, les RD 384 et RD 400 entre Saint-Dizier et le département de l’Aube, la RD 60 traversant la Haute-Marne en formant l’axe Nancy / Troyes, la RD 67A de Donjeux à Rimaucourt, la RD 619 de Rolampont au département de l’Aube, les RD 674 et RD 417 entre Chaumont et le département des Vosges, la RD 65 entre Chaumont et de département de l’Aube, la RD 974 entre Langres et le département de la Côte d’Or, la RD 74 entre Langres et le département des Vosges, la RD 67 entre Langres et Auberive, la RD 67 entre Longeau et le département de la Haute-Saône, la RD 1 de Rolampont à Rimaucourt, et la RD 10 du carrefour de la RN67/A5 jusqu’à Arc en Barrois.

« Une régression » selon certains représentants nationaux de sécurité routière, « une écoute et une attente des automobilistes » selon lui.

Nicolas Lacroix l’assure, ces propositions sont basées sur les études menées en interne avec ses services routiers qui connaissent le terrain et ont fait remonter les routes adaptées à ce retour aux limitations de base. A noter que cela ne désigne que 15% du réseau départemental, soit 476 km sur les 3 900 que comprend le réseau haut-marnais.

Nicolas Lacroix ne s’en cache pas c’est un projet coûteux puisqu’il faudrait changer 342 panneaux pour un coût total de 98 700 euros. Mais cela semble indispensable pour lui : « la mobilité en Haute-Marne est primordiale, nous avons tous besoin de la voiture, surtout en zone rurale. »

La suite de ce projet est maintenant dans les mains des parlementaires qui doivent statuer sur le sujet au niveau national, dès que cela sera fait, la Haute-Marne appliquera immédiatement ce schéma routier.

Poster un commentaire

Puissance Télévision

GRATUIT
VOIR